Skip to main content
Je propose un accompagnement sur l'arrêt du tabac

COMMENT ACCEPTER SES ÉMOTIONS NÉGATIVES POUR VIVRE PLUS SEREINEMENT ?

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un sujet qui me tient particulièrement à coeur, il s’agit de l’acceptation des émotions et principalement des émotions négatives.

Quand on commence dans le développement personnel, dans la spiritualité, dans la pensée positive, on entend beaucoup parlé de la Loi d’Attraction.

La Loi d’Attraction, c’est le principe tout simple que vous attirez ce que vous êtes, que si vous dégagez des émotions positives vous allez attirer du positif.

C’est une loi qui est vraie, c’est une loi qui fonctionne vraiment.

Cependant, je trouve que cette loi d’attraction a, parfois, tendance, à engendrer une erreur, qui est de rejeter et de ne pas vouloir ressentir les émotions négatives.

Parce que l’on pense, souvent à tort, que si l’on ressent des émotions négatives, on va attirer plus de négativité dans notre vie.

Cette loi d’attraction, comme je vous le disais, pour moi elle est vraie, effectivement vous allez attirer du positif si vous êtes positif.

Mais, la positivité n’arrive que dans un deuxième temps, lorsque vous ressentez quelque chose de négatif.

Elle ne fonctionne pas, si vous essayer de combattre l’émotion que vous ressentez.

C’est à dire que si vous êtes tristes, que si vous êtes en colère et que vous essayez de vous dire : ” Mais non tout va bien ” ,  ” Tout est parfait ” ou ” Au fond, je vais bien ” ,…

Ça ne fonctionne pas du tout.

Parce que l’énergie que vous dégagez, à ce moment là, c’est une énergie de lutte, donc la Loi d’Attraction est totalement anéantie.

La loi d’attraction vraiment positive, comme je vous le disais, elle arrive dans un deuxième temps.

Nous sommes des êtres humains, nous sommes constitués pour ressentir des émotions, qu’elles soient positives ou négatives. En réalité, il n’y a en aucune qui n’est ni réellement positive, ni réellement négative.

Bien sûr que la joie, l’excitation sont beaucoup plus agréables à ressentir que la tristesse, la colère, la mélancolie,… . 

Mais aucune émotion n’est négative et aucune émotion ne mérite qu’on la rejette

En fait, pour moi en y réfléchissant, je pense que les émotions négatives ont un intérêt. Si on les ressent c’est qu’elles ne sont pas là pour rien.


La première raison, du bien fondé d’une émotion négative


Elle va servir de signal, d’avertissement.

Un peu comme un voyant qui s’allumerait dans votre voiture pour vous signaler que quelque chose ne va pas. Un élément extérieur qui vient rentrer en dissonance, qui vient contrarier notre état interne : nos schémas, nos émotions, les attentes que nous avions, les espoirs,…

À ce moment là, une émotion négative arrive, donc elle n’est pas là pour rien, car comme je vous le disais, elle est là en tant que signal qui va nous permettre de savoir si on a quelque chose à changer.

À changer chez nous, dans notre façon de fonctionner, dans notre façon de voir les choses ou à changer dans notre ” extérieur ” .

Lorsque l’on ressent une émotion particulière face à un événement, face à quelque chose, c’est que ça vient réveiller quelque chose en nous.

Ça vient réveiller un de nos schémas ou une façon que l’on a de faire et c’est toujours un indice précieux sur la façon dont on devrait évoluer.

À mons sens, ça serait une ” bêtise ” d’enlever ce signal. 

À la limite il faudrait  ” remercier ” l’émotion négative d’être là, car elle va nous permettre d’évoluer, de changer notre extérieur ou de nous changer nous, pour nous permettre d’aller mieux par la suite.


La deuxième utilité d’une émotion négative


C’est de permettre aux émotions positives d’exister.

Si on n’a jamais ressenti la tristesse, on ne peut pas savoir ce que c’est que la joie, si on n’a jamais ressenti les tourments de l’esprit, on ne saura jamais ce qu’est la sérénité.

Je pense vraiment que le contraste, que la dualité, ont une importance capitale dans nos vies.

Et finalement, peut-être que si nous n’avons pas pas vécu des choses douloureuses dans nos vies, ça peut être des événements ou des émotions, nous ne sommes, de ce fait, peut-être pas apte, par la suite à connaître tout ce qui est positif.

Parce que sans cette idée de contraste, finalement le positif n’existe plus.

Il n’y a pas de lumière sans ombre

Quand on commence à ressentir que l’on a une émotion négative, que l’on est un peu triste ou en colère, l’erreur c’est d’essayer d’aller mieux tout de suite.

De contrer cette émotion en se disant : ” Non, non ça va “ , ” Il faut que je me reprenne rapidement” ou bien  ” Ce n’est pas bien de ressentir de la colère “, vous savez de juger cette émotion, en quelque sorte.

Ça serait comme si un enfant tombait devant vous, qu’il a mal, qu’il pleure, et que vous lui disiez : ” Mais, non, tu n’as pas mal “, ” Non ce n’est pas bien d’avoir mal “, ” N’ait pas mal et essaye d’aller mieux tout de suite “

Il faut un temps pour accepter cette émotion et ensuite on essaye d’aller mieux, mais ça, ça vient vraiment dans un second temps.

Combattre une émotion c’est un peu comme nager à contre-courant en fait.

C’est extrêmement fatiguant, on perd toute notre énergie et de toute façon, au final, il y a de frotes chances que l’on perde.

L’émotion, il ne faut pas la combattre, elle est là comme ” messagère ” en faite.

Il faudrait limite l’imaginer comme un petit personnage trop mignon qui viendrait nous signaler avec un petit drapeau : ” Attention, là il y a quelque chose qui ne va pas “ , ” Il y a quelque chose qui ne va pas dans ta vie “, ” Il y a quelque chose qui ne va pas en toi, il va falloir que tu changes “,…

Donc finalement, il faudrait vraiment l’accueillir, l’écouter, pour ensuite pouvoir améliorer les choses.

Et pour revenir à l’exemple du courant, la meilleure des choses dans ce cas là, dans ce cas concret, même dans ce cas figuré, c’est vraiment de se laisser porter, pour ensuite pouvoir s’en extraire plus facilement.

Et c’est vraiment ainsi avec les émotions, plus vous allez les accepter, moins vous allez les juger et plus vous allez vous sentir mieux rapidement.

Donc concrètement qu’est-ce que l’on fait lorsque l’on ressent une émotion dite négative ?

La technique de la pleine conscience, c’est devenir ” observateur “ , voir ce qui se passe en nous, ici et maintenant.

C’est devenir observateur de son corps, l’écouter, se centrer sur soi, sur sa respiration.

Cela peut se manifester par : ressentir une boule dans le ventre, un mal de tête,  le coeur qui bat hyper vite… et ce qu’il convient de faire dans ces cas là,  c’est d’observer tout cela, sans jamais juger.

Il n’y a rien qui ne soit mal ou mauvais.

” Ok je ressens ça “, ” Tiens,  je respire comme ça à cause de ma tristesse “ ou au contraire ” C’est bizarre je ressens une tension au niveau de mes épaules “

D’observer tout ça, d’observer les pensées qui arrivent : ” Je suis nul(le) “ ,     ” Je suis indigne d’amour “, ” C’est normal qu’il ou qu’elle me fasse ça ” ,…

D’observer tout cela sans juger, vous êtes juste là en observateur.

Et alors en tant qu’observateur, j’ai une petite technique pour ça : j’utilise beaucoup la visualisation.

Je m’imagine en tout ” petit personnage “, moi en ” toute réduite ” et je viens me placer à l’arrière de mon crâne, tout derrière, je m’assois en tailleur et j’observe mes pensées. 

C’est comme si je me voyais vraiment de l’extérieur et je me dis : ” Ok, elle ressent ça “ et j’utilise le pronom ELLE. 

” Tiens ok, elle, elle ressent ça, elle se dit ça, elle respire comme ça,… “ . Et le fait de devenir ainsi observateur, va vous permettre de vous rendre compte que vous n’êtes pas vos émotions, que vos émotions ne sont pas vous, puisque vous êtes capables de les observer.

Donc, si vous êtes capables de les observer de l’extérieur, elles ne vous représentent pas vous.

Finalement on ne devrait pas utiliser les phrases : ” Je suis triste ” , ” Je suis en colère “… .

” Je suis triste “, non ce n’est pas vrai, vous n’êtes pas triste, vous N’ÊTES PAS, vous ressentez de la tristesse, vous ressentez de la colère, là c’est déjà plus juste.

Et en fait, de se mettre en position d’observateur permet de laisser de la place à ses émotions.

Cela va créer de l’espace autour et vous permettre de pouvoir raisonner, d’utiliser votre intelligence et surtout d’utiliser votre intuition.

Ça va permettre également de dédramatiser, parce ce que parfois lorsque l’on est mal, que l’on est dans ces émotions négatives et c’est tellement normal, on a l’impression que c’est la fin du monde.

Alors que concrètement quand on y réfléchit, ce n’est pas la première fois que vous ressentez cela, ça ne sera sûrement pas la dernière.

Vous n’êtes pas la première personne sur terre à avoir ressenti ça, vous ne serez pas la dernière et surtout tout le monde s’en est sorti ! 

Personne n’est mort d’avoir ressenti une émotion négative !

Si vous êtes triste, par exemple suite à une rupture, ça ne sert à rien d’essayer d’aller mieux tout de suite.

Pleurez, vraiment pleurez, passez des jours à pleurer s’il le faut, regardez tous les films tristes, écoutez toutes les musiques tristes…

Faite ce que vous voulez, pour plonger au fond de cette émotion.

Pareil, si vous êtes en colère , ça ne sert à rien de vouloir tout de suite raisonner en disant : ” Oui je suis en colère pour ça et oui il faudrait en fait que je fasse ça,…” , mais non, pas du tout.

Si vous êtes en colère, il faut accepter cette colère, il faut crier dans un coussin par exemple…

Après attention à ne pas déverser vos émotions sur les autres.

Personne n’est responsable de l’émotion que vous ressentez .

Même lors d’une rupture amoureuse, par exemple, et que c’est votre copine/copain, femme/homme, compagne/compagnon, vous dites, pour la plus part d’entre vous, que c’est elle ou lui,  qui vous rend triste, ce n’est pas vrai !

Elle/il ne vous rend pas triste, vous êtes triste par rapport à quelque chose qu’elle/il a fait.

Mais personne n’est responsable de la façon dont vous prenez les choses, personne n’est responsable de la façon dont vous voyez et personne n’est responsable de l’impact que cela à sur vous.

Ça il faut vraiment bien le comprendre.

Vous avez le droit de ressentir une émotion mais ce n’est pas pour autant que vous avez le droit de la faire payer à quelqu’un.

Nous sommes les seuls responsables de nos émotions et quand je dis responsable ce n’est pas dans le style culpabilité (” C’est de ma faute si je ressens ça”).

Je ne sais plus où j’ai entendu cette phrase, il y a quelques jours, ou si je l’ai lue : ” Si une émotion n’est pas exprimée, elle est gravée “ et une émotion si elle se grave dans le corps, c’est ce qui provoque ensuite des maladies, des désordres physiques…

Finalement, pour moi être positif, ce n’est pas dire que tout va bien tout le temps, ce n’est pas du tout être dans le monde des “ bisounours “ , comme on l’emploie souvent aujourd’hui, .

Être positif, c’est finalement de se concentrer sur le positif.

Mais se concentrer sur le positif ne veut pas dire que le négatif n’existe pas, et comme je vous le disais, c’est important de le voir, c’est important de l’accepter.

Il est essentiel de ne pas nous laisser submerger par les émotions négatives, il ne faut pas essayer d’aller mieux trop rapidement, d’aller trop vite. 

Si vous avez besoin d’être triste pendant une semaine après une rupture, par exemple, ce n’est pas grave, c’est normal, ça fait partie de votre chemin, ça fait partie de votre évolution et vous allez en sortir.

N’essayez pas d’aller mieux tout de suite, ça va venir tout seul, ça va venir au fur et à mesure,

Être quelqu’un de positif, être dans la spiritualité et dans le développement personnel pour moi, c’est déjà arriver à lâcher prise et à renverser son regard sur la situation.

Cela me fait penser à la carte du tarot :  ” Le Pendu” , qui malgrè qu’elle puisse faire un peu peur au premier abord,  est une très jolie carte.

Car c’est la carte du ” lâcher prise ” et surtout du retournement.

Parce que le pendu étant, comme son nom l’indique, pendu par les pieds, a la possibilité de voir le monde à l’envers, de voir la situation à l’envers et ainsi de voir les choses autrement.

C’est ça pour moi être quelqu’un de positif, c’est être capable, d’une situation négative, d’une émotion négative, d’ensuite plus tard la voir d’une autre façon et de se dire ça m’a apporté ça…et j’ai changé grâce à ça.

Et plus tard, vraiment plus tard, de se dire : ” heureusement que c’est arrivé “ !

Plus on arrive à être à notre écoute, donc à l’écoute aussi de nos émotions négatives, plus on va arriver à être à l’écoute des autres.

Parce qu’en général, on traite les personnes exactement comme l’on se traite soi-même et alors à ce moment là,  vous serez plus dans la compassion, dans l’empathie, dans la vraie gentillesse et dans la bienveillance.

Mais ça, c’est seulement si vous l’êtes avec vous même d’abord.

Je ne sais pas si vous avez déjà vécu cette situation : vous êtes extrêment triste pour quelque chose, et vous le racontez à une amie, et la personne vous répond : ” Mais ça va, c’est rien ça ! “, il n’y a rien de plus insupportable que cela, on est d’accord ?

Et bien, c’est pareil avec vous même, c’est comme si vous ressentiez quelque chose et que d’un coup  vous vous dites : ” C’est rien, passe à autre chose ! ” , mais ce n’est pas vrai, c’est quelque chose !

Si cela vous fait mal, si ça vient vous touchez à ce moment là, vous avez le droit de le ressentir et ce n’est pas rien, donc acceptez-le.

Soyez avec vous exactement comme vous aimeriez qu’on le soit.

L’acceptation est un concept très, très important pour moi avec la gratitude, qui fera, certainement, l’objet d’un prochain article.

Je vous ai parlé de l’acceptation des émotions, mais je pense qu’il y aussi beaucoup à dire sur l’acceptation de soi, sur l’acceptation des événements, sur l’acceptation de la vie et ça aussi fera l’objet d’un autre article, car je voulais vraiment séparer ces différents types d’acceptations, même si le principe reste le même .

J’espère que cet article vous aura plu, n’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, et surtout à partager vos solutions pour vivre vos émotions intensément et pour ensuite aller mieux plus rapidement.

Peut-être que vous avez d’autres petites astuces à partager ?

Je vous remercie d’avoir lu cet article jusqu’au bout, n’hésitez pas à le partager, si vous estimez qu’il peut aider certaines personnes.

Portez-vous bien !

Laisser un commentaire